Les peurs qui vous empêches de vous lancer en freelance

peur-freelance

La peur de ne pas avoir de client

Je pense que c’est la peur qu’ont tous les freelances ou entrepreneurs qui se lancent.

Pour répondre simplement à cette problématique, laissez-moi vous poser une question : vous comptez exercer un métier en freelance qui ne se vend pas ou n’intéresse personne ?

Bien-sûr que non ! Votre métier est, ou à déjà été exercé par d’autres personnes, et ces personnes ont réussi à le vendre avant vous. Donc pourquoi pas vous ?

Comme tout produit qui se lance sur le marcher, il va vous falloir déterminer votre cible : « à quel type de personne ou entreprise puis-je vendre mon service ? ».

Pour répondre à cette question, je vous conseil de regarder ce que fais la concurrence. Comment vos concurrents trouvent leurs clients, et qui sont les anciens clients ?

Pensez également à regarder du côté des plateformes. Pour les freelances, de nombreuses plateformes digitales existent de nos jours :

Prenez une journée ou deux pour lister toutes les pistes d’acquisition client que vous pourrez trouver. Une fois cette liste établie, il ne vous restera plus qu’à prospecter pour trouver vos clients.

La peur de la paperasse (administratif)

Quel document dois-je remplir ? Quel document dois-je garder ? Que dois-je payer ? Et quand ? Et …

Toutes ces questions vous rappellent-t-elles quelques choses ?

A moins de travailler dans la comptabilité ou les ressources humaines, rassurez-vous peu de personnes savent exactement ce qu’ils auront à faire (et oui on part un peu à l’arrache au début).

Mais lorsque vous allez monter votre société, sachez deux choses :

Vous vous lancez en auto-entrepreneur

Sachez que ce statut a été créé pour être relativement simple et souple. En auto-entrepreneur, vous n’aurez que deux choses importantes à payer : vos cotisations sociales (selon l’échéance que vous avez choisie) et la CFE une fois dans l’année. Et c’est tout !

Et le pire dans tout cela, c’est que vous êtes avertit par email pour vous inviter à le faire si vous oubliez.

Pour ceux qui serait vraiment frileux avec ces deux tâches, sachez que vous pouvez également demander conseil auprès d’un expert comptable. Les prix pour les auto-entrepreneurs sont relativement bas.

Et pour ceux qui souhaiterais apprendre sans dépenser des sous tous les mois, je vous conseil de vous renseigner sur les nombreux livres sur l’auto-entreprenariat :

Vous vous lancez sous un autre statut (SARL, SAS, etc…)

Pour ces statuts, vous serrez encadré par un expert comptable. Et devinez quoi ? C’est lui qui vous dira et vous conseillera sur tout ce que vous devez faire ! Pourquoi ? Parce que c’est son métier et qu’il le connait sûrement mieux que vous.

N’hésitez pas à contacter plusieurs cabinets pour avoir des devis. Lors de mes recherches, les cabinets prenaient entre 150 et 300 euros par mois pour s’occuper de tous mes papiers et me conseiller.

Je pense que libérer le temps que l’on passerait à se renseigner sur ces documents, à les remplir et à les envoyer, est largement rentabilisé dans la somme investit. Surtout que cela vous enlève également un poids mentale, car vous saurez que c’est gérer et bien fait (pas de doute qui traine en tête avant de dormir).

La peur du risque

Je pense que c’est la plus grande barrière à franchir pour se lancer dans l’entreprenariat. Le risque de tout perdre, de se retrouver sans salaire, d’avoir des factures à payer, d’être appelé par les banques, etc…

Il est vrai que ce sentiment d’insécurité n’est pas agréable. Mais je vais tenté de vous rassurer par quelques petites astuces simples.

Vous avez des dépenses tous les mois (loyer, nourriture, sorties, …), et vous ne pouvez pas vous passer de votre salaire pour tout payer. Et bien sachez que vous pouvez tout simplement contourner ce problème en mettant suffisamment de côté (sur un compte épargne à part par exemple).

Personnellement je m’assure minimum 3 mois d’avance.

En gros je peux ne pas travailler pendant 3 mois sans baisser mon rythme de vie car j’ai mis suffisamment d’argent de côté. Et j’ai également une seconde sécurité de 2 à 3 mois avec uniquement mon budget de survie (loyer, nourriture, factures habituelles), où là ce sera 3 mois avec la ceinture pour ne pas trop dépenser.

Pourquoi deux niveaux de sécurité ? Parce que les 3 premiers mois sans salaire sont dédiés à la recherche de client et de projet. Si au bout de 3 mois je n’ai toujours rien, il me reste deux mois pour retrouver un CDI ou CDD afin de faire rentrer à nouveau de l’argent.

Cette technique me permet donc 3 mois de prospection client et 3 mois de prospection d’emploi si besoin. Autant vous dire que en 3 mois, soit 4 semaines, si vous êtes actifs et ne regardez pas le temps passé, vous devriez en trouver des clients !

Voici mon exemple :

  • Mon loyer actuel (charges comprises) est de 500 € / mois
  • Au niveau de la nourriture je tourne à 200 € / mois
  • Factures habituelles (internet, assurances, téléphone) : 100 € / mois
  • Sortie et extra : 200 € / mois

Je garde donc de côté sur un compte 3 000 € (3 mois sans changer mon rythme de vie), à cela s’ajoute environ 2 000 € (2 à 3 mois avec la ceinture). Soit un total de 5 000 € qui me permet de lancer et tester mon entreprise pendant 6 mois, tout en gardant une sécurité pour subvenir à mes besoins et avoir le temps de retrouver un travail.

Maintenant que vous savez comment vous protéger de ces risques, quelle excuse avez-vous pour ne pas vous lancer ?

Photo by Vek Labs on Unsplash

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.